Rencontre des jeunes confrères lazaristes européens en Galice (Espagne)

C’était l’occasion de prendre davantage en compte l’aspect international de la congrégation, d’enrichir les points de vue respectifs d’autres sensibilités et cultures ecclésiales, peut-être aussi de se rasséréner face au nombre déclinant de nouveaux confrères dans nos contrées.

Perceval PONDROM

Rencontre des jeunes confrères lazaristes européens en Galice (Espagne)

Perceval PONDROM
Perceval PONDROM

Du 29 juillet au 7 août a eu lieu la rencontre des jeunes confrères lazaristes européens en Galice, d’abord au sanctuaire Nuestra Señora dos Milagros près d’Ourense, puis à Saint Jacques de Compostelle. C’était l’occasion de prendre davantage en compte l’aspect international de la congrégation, d’enrichir les points de vue respectifs d’autres sensibilités et cultures ecclésiales, peut-être aussi de se rasséréner face au nombre déclinant de nouveaux confrères dans nos contrées. Plusieurs provinces (Espagne, Italie, France, Pologne, Slovaquie, Orient…) étaient représentées, notamment un fort contingent de Polonais qui s’étaient déplacés malgré la distance, tout comme les confrères de la province d’Orient. Nous avons pu constater la diversité de l’état des vocations dans les provinces. Pour exemple, je ne citerai que le contraste entre la vingtaine de séminaristes polonais dans la fleur de l’âge et l’unique candidat français présent, déjà un peu décati.

La rencontre était rythmée par des temps de prière, d’enseignements ou témoignages, et de partages en groupes linguistiques. Nous avons aussi fait deux petites étapes du chemin de Saint-Jacques. La première étape de 9 km nous a permis de découvrir le beau monastère roman de Oseira, où nous avons rencontré deux jeunes femmes, fondatrices pendant le confinement de 2020 du blog « Juventruth » qui propose d’apprendre à devenir « un jeune authentique ». Leur témoignage sur les « espérances des jeunes envers les prêtres », résultat d’une enquête auprès de leurs « followers », a suscité l’enthousiasme chez les uns et le désarroi chez d’autres, tant il en ressortait une image archi-sacralisée du prêtre présenté comme « la présence vivante de Dieu sur terre ». Mais il est vrai que leur fraîcheur et leur joie faisait plaisir à voir. La deuxième étape, plus longue (20km) nous a menés à Saint-Jacques de Compostelle, où nous avons participé à l’eucharistie de la famille vincentienne en Espagne, présidée par le supérieur général Tomaž Mavrič.

La deuxième partie de la rencontre était une participation au « pèlerinage européen des jeunes » à Saint-Jacques de Compostelle, dont bien peu de personnes hors de la péninsule hispanique ne semblaient avoir été mises au courant. Le côté européen était assez subtil et peut-être que certaines nationalités n’étaient représentées que parmi les lazaristes. Nous avons participé à quelques ateliers en après-midi (notamment sur le leadership en Eglise et sur l’évangélisation des jeunes, toutes deux animées par un évangélique américain), et en soirée à des veillées d’adoration eucharistique et à un musical. Le 7 août, la célébration eucharistique était présidée par l’archevêque de Lisbonne qui représentait le pape. Il a invité les jeunes à se rendre l’année prochaine à Lisbonne pour les JMJ.

À la fin d’une année de séminaire interne assez solitaire, cela a été une joie pour moi de rencontrer autant de jeunes confrères européens et d’échanger avec eux. La célébration eucharistique avec la famille vincentienne nous a en outre permis de goûter à la diversité des mouvements inspirés de l’esprit de saint Vincent. C’était une rencontre pleine de vie, source d’espérance pour l’avenir.

Perceval PONDROM

 

[printfriendly]