Saint Vincent de Paul et l’internement des mineurs au XVIIe siècle

Au XVIIe siècle, saint Vincent de Paul inaugure une attitude originale à l’égard de la pauvreté et de la correction des mineurs. Son action n’est pas séparable de la perspective générale du siècle et du comportement ancien de l’Église, mais elle dépasse largement les buts sociaux et d’ordre public de l’Hôpital Général mis en œuvre à partir de 1612 et surtout 1685. On peut ainsi attribuer à saint Vincent de Paul la paternité des institutions nouvelles inspirées, à la fois, de sa doctrine éducative de l’enfance malheureuse et des pratiques monastiques traditionnelles.

Saint Vincent de Paul et l’abandon

Saint Vincent de Paul est sans doute une des figures les plus populaires parmi les saints français. Mais aussi (étonnant paradoxe), la plus méconnue. La mémoire collective contemporaine (soutenue par le cinématographe et la bande dessinée) n’a retenu de lui que son œuvre en faveur de l’enfance malheureuse. Il fut pourtant l’homme de tous les combats de la Contre-Réforme. Il fut pourtant le Protée des œuvres charitables.