Institué lecteur et acolyte à Villepreux (24 janvier 2018) : invité à tenir liés les deux aspects du charisme vincentien dans l’exercice des ministères

Le temps favorable a été la clôture de l’année jubilaire de 400 ans du charisme vincentien à Villepreux. Le cadre de l’institution de mes ministères m’a montré que Dieu voulait me combler des grâces que je n’aurais jamais pu imaginer. Je suis institué dans la Congrégation de la Mission, entouré de presqu’une quarantaine de confrères dont le Supérieur général, dans la joie de clôturer une année jubilaire si riche en événements ayant contribué à raviver la flamme du charisme vincentien.

Des scientifiques discrets éloquents

La célébration du bicentenaire de la Maison-Mère prépare un colloque portant sur quelques figures de proue lazaristes. Des noms de confrères scientifiques émergent déjà, tels Messieurs Boré, orientaliste, David, chercheur de renommée universelle, Pouget, le penseur, Charles Jean, professeur à l’Ecole du Louvre, Huc et Gabet, les défricheurs. Comment st Vincent concilie-t-il spiritualité et science ? Quels enseignements pour nous ?

Être l’Église et célébrer l’Espérance. 1er partie

Comment vivre la dimension ecclésiale de notre foi chrétienne dans le contexte du monde d’aujourd’hui, dans ce moment de crise.
J’aurais pu vous parler en commençant par ce que nous connaissons tous : L’atmosphère de doute, critiques, découragement, de peur aussi, d’autocensure, la descente vertigineuse des vocations, etc. il existe une forme de croyance sans appartenance à l’Église. L’Église est devenue pour beaucoup un problème, un scandale, un signe de contradiction, un obstacle à la foi