Homélie du Vendredi Saint en la chapelle saint Vincent de Paul à Paris

Au pied de la croix, Dieu parle encore plus fort. Son visage de Père aimant est donné à voir, il est à accueillir. La Croix, qui nous laisse tous un peu analphabètes devant le Mystère de la souffrance et de la mort, est un signe d’humilité qui signifie que nous avons toujours à apprendre du Seigneur, de sa Parole.

Transfiguration. Homélie (dimanche, 2ème Semaine de Carême – Année C) à la chapelle saint Vincent de Paul. Maison-Mère des Lazaristes. Paris

Le voici donc le Fils de la promesse, comme le confirme la voix venue de la nuée : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi, écoutez-le ». La mise en parallèle des deux récits nous autorisait à penser que Dieu, sur le Thabor, aurait renouvelé l’Alliance scellée avec Abraham.

Dimanche 2 Carême – C (Lc 9,28-36). Méditation

Nous, chrétiens d’aujourd’hui, nous devons impérativement «intérioriser» notre religion si nous voulons raviver notre foi. Il ne suffit pas d’entendre l’Evangile de manière distraite, routinière et monotone, sans aucune envie d’écouter. Il ne suffit pas non plus d’écouter intelligemment, en vue seulement de comprendre.