Homélie de l’Archevêque Ioannis SPITERIS

à l’occasion de l’ordination sacerdotale de Maximilian ANDREI CM, en l’église de l’Immaculée Conception à Thessalonique, le dimanche 16 juin 2019, fête de la Pentecôte en Grèce.

Mes chers frères, nous célébrons aujourd’hui l’achèvement du Mystère de Pâques. En effet, la Pentecôte est le point culminant, le but et l’achèvement de l’Incarnation et du Mystère de Pâques. Saint Athanase a raison quand il affirme : « la Parole a pris chair, afin que nous puissions, nous-mêmes, recevoir l’Esprit Saint » (PG 26, 632 C).

Le Seigneur glorieux, qui, avec sa Résurrection d’entre les morts, est devenu « Esprit vivifiant », le jour de la Pentecôte transmet abondamment aux hommes l’Esprit et fait ressortir le nouveau peuple sacerdotal et prophétique, qui, avec « l’onction » de l’Esprit, acquiert l’expérience de la plénitude de la Parole de Dieu. Dans l’Eglise, quand nous écoutons la Parole, l’Esprit distribue ses dons, relève les Apôtres et les Prophètes, projette les cœurs vers la lumière de la foi. Toutes les manifestations de la Parole de Dieu sont guidées par l’Esprit Saint.

Sans l’Esprit-Saint, aujourd’hui, nous ne serions pas ici pour cette ordination. En effet, le mystère de Dieu ne nous devient accessible qu’en l’Esprit Saint. Ce n’est qu’en l’Esprit Saint que l’homme peut avoir un contact avec Dieu. Sans l’Esprit, Dieu reste pour nous une monade éloignée et aucune expérience divine n’est possible et l’Eglise semble être une simple « association » plutôt qu’un mystère de communion. La vie liturgique devient un ritualisme et non pas la fête des Enfants de Dieu. L’existence chrétienne est entraînée dans une tentative individuelle et infructueuse de privatiser Dieu, et l’Ecriture Sainte est considérée comme une lettre morte.

Le plan entier de l’Incarnation de la Parole de Dieu dans l’histoire est l’œuvre de l’Esprit Saint. C’est ce qui inspire l’Ecriture Sainte, ce qui parle par l’intermédiaire des prophètes, ce que réalise l’Incarnation de la Parole, ce qui, donné avec plénitude par Jésus-Christ, remplit l’Eglise de ses dons prophétiques, et en même temps remplit les cœurs des fidèles pour qu’il reste et soit cultivée en eux la Parole du Salut, pour qu’ils donnent un témoignage du Christ dans leur vie et dans le monde.

Cher Maximilian, mon frère et mon fils, la date de votre ordination presbytérale ne pouvait pas être plus appropriée. En effet, aujourd’hui, se réalise pour vous une double Pentecôte, celle de la fête d’aujourd’hui et celle de votre ordination par laquelle vous recevrez le Sceau de l’Esprit Saint qui vous transformera pour toujours en Ministre du Christ et de l’Eglise. L’affirmation du Christ qu’il enverra le Paraclet qui restera pour toujours avec vous (Jn, 14, 16-17), renforce votre conviction que vous ne perdrez jamais la présence bénéfique de l’Esprit Saint, qui transformera radicalement votre personne et tracera en vous l’image de Jésus-Christ, Prêtre unique du Nouveau Testament, au nom du quel toute votre action sacerdotale sera caractérisée, mais aussi toute votre vie. L’Esprit Saint, l’amour personnifié de Dieu, inspirera continuellement votre amour pour l’Eglise et pour chaque fidèle que vous rencontrerez au cours de votre ministère sacerdotal. N’oubliez jamais que le sacerdoce est un don qui vous a été accordé par l’Esprit Saint, non pas pour vous-même, mais pour l’édification de l’Eglise. Vous être un prêtre pour les autres et avec les autres.

Cela signifie que prêtre, existentiellement, on devient constamment une vie donnée aux autres. On n’est pas prêtre pour quelques instants, pour quelques heures de la journée, pour certains endroits, comme le sanctuaire, mais pour partout et toujours. Dorénavant, toute votre existence sera sacerdotale. Et c’est pourquoi vous avez besoin de l’intervention de l’Esprit Saint à chaque instant. En effet l’invocation de l’Esprit Saint et l’imposition des mains donnent à l’ordonné un don durable qui sanctifie profondément la personnalité du prêtre. Vous serez pour toujours l’oint de l’Esprit Saint. Sans cette Présence constante et cette onction, vote sacerdoce serait stérile, infructueux.

La célébration de la sainte Eucharistie sera le point culminant de votre ministère fonctionnel, mais toute votre vie sera un sacrifice bienvenu à Dieu. Vous pourrez répéter avec l’Apôtre Paul : « Cette grâce, c’être ministre du Christ Jésus pour les nations, avec la fonction sacrée d’annoncer l’Evangile de Dieu, afin que l’offrande des nations soit acceptée par Dieu, sanctifiée dans l’Esprit Saint » (Rom, 15, 16).

Un bon prêtre signifie un saint prêtre. Je vous rappelle les paroles du Pape François : « Que la sainteté de notre vie soit le parfum du Christ. Soyons le peuple de la prière et du sacrifice, de sorte qu’avec notre parole et notre exemple nous arriverons à réédifier l’Eglise de Dieu ».

Bientôt, l’Evêque invoquera Dieu sur votre visage en disant : « Nous t’en prions, Père tout-puissant, donne à ton serviteur que voici d’entrer dans l’ordre des prêtres ; répands une nouvelle fois au plus profond de lui l’Esprit de sainteté ; Qu’il reçoive de toi, Seigneur, la charge de seconder l’ordre épiscopal ; qu’il incite à la pureté des mœurs par l’exemple de sa vie. »

Vous connaissez les paroles de Saint Vincent de Paul sur les prêtres : « C’est une affaire très grande que d’être un bon prêtre… A combien de conversions peut-il contribuer ? La prospérité du Christianisme dépend des prêtres. En effet, quand les fidèles voient un bon prêtre, avec un vrai caractère pastoral, ils suivent ses enseignements et son exemple. »

Avec vous, avec vos parents, avec vos confrères lazaristes de votre province et ceux de la communauté de Thessalonique et avec toute notre communauté catholique, nous voulons remercier Dieu parce qu’après plus de 50 ans, il nous donne à nouveau la joie de vivre une ordination sacerdotale. Notre communauté est vivante. Il y a juste deux semaines que nous avons administrés les sacrements de l’Initiation chrétienne à 28 adultes, en enrichissant ainsi, encore plus, notre communauté catholique. Maintenant, nous sommes en train de vous ordonner prêtre. Dieu nous aime, il ne nous a pas abandonnés, notre gratitude s’élève vers Lui.

Nous voulons vous exprimer, cher Maximilian, toute notre affection et vous assurer que nous vous accompagnerons de notre prière, de notre amitié, de notre solidarité continue et de notre aide fraternelle.

Ionnis SPITERIS, Archevêque de Corfou, Zakynthos et Céphalonie – Administrateur Apostolique du Vicariat de Thessalonique🔸

CMission

CMission

Print Friendly, PDF & Email

Cela signifie que prêtre, existentiellement, on devient constamment une vie donnée aux autres. On n’est pas prêtre pour quelques instants, pour quelques heures de la journée, pour certains endroits, comme le sanctuaire, mais pour partout et toujours. Dorénavant, toute votre existence sera sacerdotale.

Explications :

L’homélie a été prononcée en grec. Traduite en français et publiée sur papier