La très sainte Trinité – C (Jn 16,12-15). Méditation

MYSTÈRE DE BONTÉ

Au fil des siècles, les théologiens se sont efforcés d’approfondir le mystère de Dieu en approfondissant conceptuellement sa nature et en exposant leurs conclusions dans des langages divers. Mais souvent, nos paroles cachent son mystère plus qu’elles ne le révèlent. Jésus ne parle pas beaucoup de Dieu. Il nous offre simplement son expérience.

Jésus appelle Dieu, «Père» et il en fait l’expérience comme un mystère de bonté. Il le vit comme une Présence bonne qui bénit la vie et attire ses fils et ses filles pour lutter contre ce qui cause préjudice à l’être humain. Pour lui, ce mystère ultime de la réalité que nous, les croyants, nous appelons «Dieu» est une Présence proche et amicale qui s’ouvre chemin dans le monde pour construire avec nous et auprès de nous une vie plus humaine.

Jésus ne sépare jamais ce Père de son projet de transformer le monde. Il ne peut pas penser à lui comme à une personne enfermée dans son mystère insondable, tournant le dos à la souffrance de ses fils et de ses filles. C’est pour cela qu’il demande à ses disciples de s’ouvrir au mystère de ce Dieu, de croire à la Bonne Nouvelle de son projet, de le rejoindre pour travailler à la construction d’un monde plus juste et plus heureux pour tous, et de faire toujours en sorte que sa justice, sa vérité et sa paix, règnent de plus en plus dans le monde.

Par ailleurs, Jésus se présente lui-même comme étant le «Fils» de ce Dieu, né pour promouvoir sur terre le projet humanisant du Père et le mener à sa plénitude définitive au-delà même de la mort. C’est pourquoi il cherche en tout temps ce que veut le Père. Sa fidélité à lui, le conduit à toujours chercher le bien de ses fils et de ses filles. Sa passion pour Dieu devient compassion pour tous ceux qui souffrent.

Par cette raison, toute l’existence de Jésus, le Fils de Dieu, consiste à guérir la vie et à soulager les souffrances, à défendre les victimes et à exiger justice pour elles, à semer des gestes de bonté et à offrir à chacun la miséricorde et le pardon gratuit de Dieu : le salut qui vient du Père.

Enfin, Jésus agit toujours poussé par «l’Esprit» de Dieu. C’est l’amour du Père qui l’envoie annoncer aux pauvres la Bonne Nouvelle de son projet de salut. C’est le souffle de Dieu qui le pousse à guérir la vie. C’est sa force salvatrice qui se manifeste tout au long de sa trajectoire prophétique.

Cet Esprit ne s’éteindra pas dans le monde quand Jésus sera absent. Il le promet lui-même à ses disciples. La force de l’Esprit fera d’eux des témoins de Jésus, Fils de Dieu, et des collaborateurs du projet salvateur du Père. C’est ainsi, que nous, chrétiens, nous vivons de façon pratique le mystère de la Trinité.

José Antonio Pagola / Traducteur: Carlos Orduna, CM 🔸

CMission

CMission

Print Friendly, PDF & Email

Au fil des siècles, les théologiens se sont efforcés d’approfondir le mystère de Dieu en approfondissant conceptuellement sa nature et en exposant leurs conclusions dans des langages divers. Mais souvent, nos paroles cachent son mystère plus qu’elles ne le révèlent. Jésus ne parle pas beaucoup de Dieu. Il nous offre simplement son expérience.

José A. Pagola