Dimanche de Rameaux – C (Lc 22,14 – 23,56). Méditation

Devant le Crucifié

Arrêté par les forces de sécurité du Temple, Jésus n’a plus aucun doute; le Père n’a pas écouté ses souhaits de continuer à vivre; ses disciples fuient cherchant leur propre sécurité. Il est seul. Ses projets s’estompent. L’exécution l’attend

Le silence de Jésus durant ses dernières heures est surprenant. Cependant, les évangélistes ont repris certaines de ses paroles sur la croix. Elles sont très brèves, mais elles ont aidé les premières générations chrétiennes à se souvenir avec amour et reconnaissance de Jésus crucifié.

Luc a recueilli celle qu’il dit pendant qu’il est crucifié. Entre frissons et cris de douleur, il parvient à prononcer quelques paroles qui découvrent ce qui est dans son coeur: «Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font». Il est comme ça, Jésus. Il a demandé aux siens «d’aimer leurs ennemis» et de «prier pour leurs persécuteurs». Maintenant c’est lui-même qui meurt en pardonnant. Il transforme sa crucifixion en pardon. Cette demande au Père pour ceux qui le crucifient doit être entendue comme le geste sublime qui nous révèle la miséricorde de Dieu et son pardon insondable. C’est le grand héritage de Jésus à l’humanité: Ne perdez jamais confiance en Dieu. Sa miséricorde n’a pas de fin.

Marc nous rapporte un cri dramatique du crucifié: «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?». Ces mots prononcés dans la solitude et l’abandon le plus total sont d’une sincérité écrasante. Jésus sent que son Père bien-aimé l’abandonne. Pourquoi? Jésus se plaint de son silence. Où est-il? Pourquoi est-ce qu’il se tait?

Ce cri de Jésus, identifié à toutes les victimes de l’histoire, demandant à Dieu une explication pour tant d’injustice, d’abandon et de souffrance, reste sur les lèvres du crucifié, réclamant une réponse de Dieu au-delà de la mort: Seigneur, notre Dieu, pourquoi nous abandonnes-tu? Ne vas-tu jamais répondre aux pleurs et aux gémissements des innocents?

Luc recueille un dernier mot de Jésus. En dépit de son angoisse mortelle, Jésus maintient jusqu’à la fin sa confiance dans le Père. Ses mots sont maintenant presque un murmure: «Père, entre tes mains je remets mon esprit». Rien ni personne n’a pu le séparer de lui. Le Père a animé de son Esprit toute sa vie. Une fois sa mission finie, Jésus laisse tout entre ses mains. Le Père mettra fin à son silence et le ressuscitera.

Cette semaine sainte, nous allons célébrer dans nos communautés chrétiennes la passion et la mort du Seigneur. Nous pouvons aussi méditer en silence devant Jésus crucifié, en approfondissant les paroles qu’il a lui-même prononcées lors de son agonie.

José Antonio PAGOLA. Traducteur : Carlos Orduna 🔸

CMission

CMission

Print Friendly, PDF & Email

Le silence de Jésus durant ses dernières heures est surprenant. Cependant, les évangélistes ont repris certaines de ses paroles sur la croix.

José A. PAGOLA