Noël à Notre Dame de Chamiers

Cette année la veillée de Noël à Notre dame de Chamiers a été quelque peu particulière. Avec l’équipe de préparation, nous avons opté pour revisiter les évangiles des quatre dimanches de l’avent afin de refaire ce chemin de préparation spirituelle à cette extraordinaire avènement qu’est la naissance de Dieu en notre humanité. La particularité a été de faire participer l’assemblée d’une manière active à 4 moments différents. 3 temps de partages + un autre personnel.

Un questionnement était donné à partir des évangiles évoqués jalonnant ce temps de l’avent. Le premier était de faire un état des lieux des problèmes de ce monde. L’assemblée a été répartie en plus de 35 groupes (les gens se retournaient un banc sur deux) de 6 à 10 personnes. Après un temps de réflexion personnelle, les participants avaient à mettre en commun leurs listes de « problèmes » du monde, un responsable par groupe les notait afin de les amener quelques temps après pour la prière universelle.

Lisant après la célébration ce qui a été noté, j’ai constaté qu’on fait souvent l’amalgame entre les causes et les conséquences. Des termes comme « racisme, guerres, misères, pauvreté, violence, isolement, pollution, terrorisme … » sont revenus souvent, mais en fait ces réalités sont les conséquences d’attitudes de personnes ou de groupes et non les causes. D’autres termes relevaient davantage des causes : « égoïsme, jalousie, pouvoir, frénésie de gains, inégalités, sexisme, péché, infidélité… » C’est sur ces réalités là qu’il est possible d’agir pour changer le monde. Nous avons aussi pris le temps de nous regarder d’une manière personnelle pour bien voir combien il est facile d’être complice du mal en ce monde. Ceci nous a naturellement orienté vers la demande de pardon.

Le deuxième temps de partage était axé sur les moyens les plus adaptés pour changer ce monde afin qu’il puisse correspondre au projet de Dieu.

Là aussi les moyens écrits sur des feuilles ont été amenés à l’offertoire afin d’offrir nos propres efforts, investissement pour l’avènement de ce monde divin. Car les moyens énoncés sur les feuilles étaient très basiques et à la portée de tous : « gentillesse, amour, partage, compassion, écoute, respect de l’autre, sagesse, service, don de soi etc. » Comme quoi chacun de nous à sa place à prendre, sa responsabilité à assumer, cela aura déjà comme grande conséquence d’arrêter de dire que « c’est la société qu’est comme ça, on ne peut rien y faire ! »

Le troisième évangile, Jean le Baptiste nous invitait à regarder les merveilles de Dieu, après un petit temps de silence, chacun devait partager avec ses voisins un évènement très marquant pour lui comme trace de la présence de Dieu en sa vie. Comment un évènement avait fait vivre une joie intense suscitant l’action de grâce. Le temps était bien sûr trop court pour que chacun puisse évoquer ses anecdotes bien souvent fondatrices de son chemin de vie mais ça nous a donné le gout de partager les bonnes nouvelles de notre vie aux autres.

Enfin le quatrième évangile était celui de la rencontre de Marie à Elisabeth. Là chacun devait poser un regard sur les personnes qu’il voudrait rendre présentes à cette célébration, à qui il serait si simple de rendre une visite ou d’appeler par téléphone. Chacun de ces quatre temps étaient précédé d’un temps de silence. Il fut très bon de prendre conscience de la qualité de silence au fur et à mesure de cette veillée. Dans un monde si agité et si bruyant, le silence devient une denrée rare donc pleinement appréciable. Il est le lieu privilégié pour entendre le Seigneur nous interpeller et nous distiller son amour.

Durant l’après midi des enfants de la catéchèse avaient pris le temps de venir préparer cette veillée de noël, ils ont entre autres réfléchi sur les deux premières questions (ce qui ne va pas et ce

qu’il faut faire). Cela à permis d’exprimer avec leurs mots ce qu’ils voient de ce monde. Assez étonnamment les prières qu’ils avaient à formuler, ils les ont adressées aux adultes qui seraient là le soir. Toujours intéressant de se laisser interpeller par des enfants sur le devenir de notre monde !

L’homélie a eu comme particularité, que je vienne m’agenouiller devant la crèche et de partager à haute voix mon « dialogue » avec l’enfant Jésus. Une manière de montrer aux enfants comment nous pouvons parler à notre Seigneur.

1heure 45 de célébration ; ceux qui étaient venus en espérant une célébration « vite menée », en ont été pour leur frais. Lorsque nous aimons nous ne comptons pas et chaque célébration, chaque messe est un temps d’amour qui nous est donné de vivre intensément. A voir le sourire et la joie sur les visages en fin de célébration, il est assez simple de constater que ce fut un très bon moment, revitalisant pour la grande majorité. Noël est le temps de la réalisation du projet de Dieu, n’hésitons pas à nous investir, comme il nous le demande à faire de ce monde un lieu de paix et d’harmonie où chacun peut être respecté pour ce qu’il est ; là nos fêtes prendront du sens.

Vincent GOGUEY, CM 🔸

Vincent Goguey

Vincent Goguey

Fils de paysan Picard né le 03 septembre 1964. Une douzaine d’année de ministère dans les quartiers nord de Marseille à partir de mon entrée dans la chétive en 1990. Principalement en mission auprès des adolescents. Actuellement en communauté à Bondues et surtout en itinérance pour animer des temps de réflexion auprès de collégiens et lycéens sur la France et la Belgique. Anime aussi auprès des jeunes Voyageurs pour le temps des pèlerinages.
Print Friendly, PDF & Email

Noël est le temps de la réalisation du projet de Dieu, n’hésitons pas à nous investir, comme il nous le demande à faire de ce monde un lieu de paix et d’harmonie où chacun peut être respecté pour ce qu’il est ; là nos fêtes prendront du sens

COMMUNAUTÉ LAZARISTES :

104, avenue du Générale De Gaulle
24660 Coulounieix-Chamiers
France