Assemblée Provinciale – Province “Lazariste” de France – Congrégation de la Mission – Villebon-sur-Yvette, 21-27 octobre 2018.

Mardi 23 octobre : JOUR 2

24 Oct 2018 | actualités | 0 comments

RÉVISION DU PROJET PROVINCIAL ET DES NORMES PROVINCIALES

 

Note : Ces communications sont relues par Jérôme Delsinne pour avoir à la fin un bon français… UN GRAND MERCI À LUI !!!!

 

  • (7h30 – 8h15) : Prière des Laudes et petit-déjeuner

 

  • (9H00) : Après les laudes et le petit-déjeuner, nous nous sommes réunis dans la salle polyvalente pour la lecture du compte-rendu de la première journée par le secrétaire adjoint Benoît Kitchey. Il est soumis au vote pour approbation.

 

Pour donner suite à une proposition du père Élie DELPLACE nous revenons sur le rapport moral du père Christian Mauvais, visiteur et le rapport du père Philippe Lamblin, économe. Quelques points ont eu besoin d’être éclaircis.

Fréderic Pellefigue nous présente la méthodologie pour la journée. Nous allons travailler sur le Projet Provincial (nos 4-11), en essayant de répondre à cette question :

 

Quelle proposition nouvelle peut enrichir le Projet Provincial ?

 

Pour nous aider à répondre à cette question, nous prenons le temps d’écouter l’expérience missionnaire qui se vit dans quelques missions (nouvelles implantations) :

  1. Périgueux

Rapporteur : Vincent Goguey

La communauté élargie compte 9 confrères : 2 à Montolieu : Georges Gruny et Roger Anglade ; 2 à Toulouse : Augustin Martinez et Jean Allet ; 4 en Périgord : Bernardo Garcia qui vit à Château-L’Évêque comme aumônier de la maison de retraite des Filles de la Charité ; et sur Chamiers (petite ville attenante à Périgueux : Christian Labourse, Vincent Goguey + Jean Yves Jaffrey qui est là à mi-temps).

Notre lettre de mission a plusieurs aspects. Il y a l’aspect caritatif qui se décline par quelques petits engagements : équipe de la santé sur le diocèse, accompagnement de Conférences SSVP, ACO, la cellule rurale, les Scouts de France.  En perspective il y a l’aumônerie de la prison, sûrement aussi un lien avec Emmaüs. Côté jeunes, je fais des animations telles que je le faisais déjà en mission scolaire en me limitant aux établissements du Périgord et je participe à une équipe synodale constituée par l’évêque pour réfléchir à de nouvelles présences auprès des jeunes.

Mais ce qui va prendre le plus de notre temps est la mission en rural. Notre lettre de mission spécifie clairement que nous n’aurons pas de responsabilité paroissiale. Notre mission consiste donc à susciter un élan missionnaire là où cela est possible et tout particulièrement dans le rural.

Quelques constats

  • Public très âgé.
  • Devenir baptisé missionnaire ne se fait pas du jour au lendemain.
  • L’incapacité de bien des chrétiens à dire leur foi. Devant cette situation « comment rendre audible ma foi de chrétien ? » ou « comment, en étant à l’écoute, des gens je peux leur révéler l’Évangile ? »
  • Nous avons à proposer un grand travail de réconciliation.
  • Comment parler du Christ qui nous sauve ?

Comment allons-nous, nous y prendre ?

  • Tout d’abord une posture fondamentalement missionnaire: centrés sur Jésus Christ et à l’écoute de l’histoire de notre société.
  • Nous avons commencé par écouter les prêtres (les curés) et nous entendre avec eux pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté.
  • Ensuite nous sommes partis à la rencontre des paroissiens pour leur annoncer notre venue et notre objectif. Nous avons choisi d’aller à la rencontre de ceux dont l’Église est loin.
  • Nous voulons proposer à ceux qui le souhaitent de faire la mission avec nous.
  • À travers tout cela, nous voulons proposer des rencontres sur cette base : « qu’est ce qui fait sens dans ta vie ?» afin d’ouvrir à un partage où l’on se situe sur le même plan, c’est-à-dire en tant que chercheurs de vie, chercheurs de Dieu.
  • C’est aussi venir avec un apriori positif, tout comme le Christ sait s’émerveiller de la foi. Par cette attitude, c’est aussi venir poser un regard de confiance en l’autre, lui apprendre à se regarder positivement et lutter contre cette culture du dénigrement des autres et de soi-même.
  • En conclusion, nous pouvons dire que nous ne savons absolument pas où nous allons. Vous comprenez bien combien la mission est totalement disproportionnée, totalement hors de notre portée. Nous n’avons plus qu’une chose à vivre : l’abandon à la volonté de Dieu.

 

  1. Villebon-sur-Yvette

Présentation en vidéo.

Communauté : Emile Ghali, Éric Ravoux, Fr Maxime Margoux

  • Après 25 ans d’absence d’une communauté, trois confrères débarquent à Villebon-sur-Yvette pour former une équipe missionnaire dans le monde scolaire. Deux confrères, Maxime et Emile travaillent sur place à la catéchèse, à la culture religieuse et à la préparation aux sacrements. Leur mission à l’école recouvre également l’écoute auprès des enseignants et l’accompagnement des élèves, spécialement ceux de l’internat.
  • Éric continue sa mission itinérante auprès des établissements sous tutelle des Filles de la Charité. Parcourant la France, il aide les jeunes de ces lycées et collèges à réfléchir sur leur vie pour y déceler la présence de Dieu.
  • Éric assure toujours la mission auprès des jeunes de la communauté du voyage par la formation, l’accompagnement au cours des pèlerinages et l’administration des sacrements.

Constats

  • Les jeunes ont besoin de l’espérance pour pouvoir vivre le présent et se projeter dans l’avenir. Son absence engendre solitude et découragement. Parmi les obstacles que nous rencontrons, il y a justement le manque de joie et d’espérance des jeunes.
  • Missionnaires, nous rencontrons des hommes et des femmes, des jeunes, qui s’interrogent sur ce qui est grave et authentique sur le plan humain. Lors de ces rencontres, en témoignant de notre liberté toute orientée vers Dieu, nous les invitons à dépasser les obstacles que colporte notre société.
  • Lors de nos interventions itinérantes, nous faisons faire aux élèves l’expérience du silence. Sans rejeter les outils qui sont aujourd’hui mis à notre disposition, il est urgent de travailler avec les jeunes sur leur intériorité.
  • Auprès des jeunes de la communauté du voyage, il nous est demandé d’être des hommes de pont, de lien entre les différentes sensibilités qui existent au sein de leur communauté.
  • Ces jeunes demandent aussi des temps de formation : sur la Parole de Dieu, sur l’histoire de l’Église, sur la liturgie, sur l’art de l’animation…
  • Les paroles de vie éternelle qui nous sont données dans la rencontre avec Jésus-Christ sont destinées à tous et à chacun. Qu’elle le sache ou non, chaque personne de notre époque a besoin de cette annonce.
  • Nous essayons de faire avec les jeunes élèves du réseau vincentien de France et les jeunes Voyageurs.

 

  1. Saint-André-de-l’Eure (Diocèse d’Évreux)

Rapporteur : Élie Delplace

Communauté : Christinel Andrei, Raymond Herisset, Élie Delplace, Benoît Kitchey et Silas Bapasilas

Une présence depuis sept ans sur le secteur de Saint-André-de-l’Eure.

Le diocèse nous propose une nouvelle manière de vivre la mission sous la forme de « fraternité missionnaire ». Nous affirmons l’importance d’une présence d’Église dans le monde rural.

La Fraternité Missionnaire : « Des prêtres, des diacres, des laïcs : une fraternité au service du dynamisme missionnaire dans le doyenné avec les Écritures et la rencontre du Seigneur au centre… ».

 

  1. Marseille – La Rouguière

Rapporteur : Éric Saint-Sevin

Communauté : Fr Lionel Azouz, Edgar, Zapata, Éric Saint-Sevin

Bien que nous prenions un logement à la suite des Filles de la Charité, notre investissement ne peut être de même nature et la relation ne peut pas être la même pour un groupe de femmes qu’une communauté d’hommes.

  • Implantation au cœur de la cité
  • Visibilité
  • Temps de célébrations pour les quelques chrétiens de la cité
  • Participation à l’animation de la cité
  • Créer du réseau et échanger la vie des quartiers

 

  1. Chaumont

Rapporteur : Pierre-Jean Capomaccio

Communauté : Roger Tshimanga, Robert Gurtner (dans le diocèse de Metz), Chaumont : Audace Manirambona, fr Xavier Muller, Rechelin Tsitohere, Pierre-Jean Capommaccio

Communauté : 5 confrères sur 3 lieux.

 

(12h30) REPAS DE MIDI

 

(14H30) TEMPS DE TRAVAIL EN GROUPE

 

  • Avant de partir en groupes de travail, nous avons entendu le rapport de Pierre Marionneau autour du Pôle Mission et de la Commission « Mission Itinérante »

 

  • Par la suite, nous nous sommes organisés en groupes (5) pour proposer des amendements, des corrections ou des ajouts au Projet Provincial.

 

(16h30) TRAVAIL EN ASSEMBLÉE POUR LA MISE A JOUR DES « NORMES PROVINCIALES »

 

(18h15) MESSE ET OFFICE DE VÊPRES

 

Jean-Yves LEBOEUF (missionnaire en Algérie) nous partage l’homélie (extraits) :

Textes de la Messe : Ep 2, 12-22 ; Ps 84 (85), 9ab.10, 11-12, 13-14 ; Lc 12, 35-38 

 

” Restez en tenue de service. Heureux si nous restons des serviteurs fidèles jusqu’au bout dans notre relation au Maître, c’est à dire Jésus.

Dans notre société, nous employons ce mot service ou l’expression « prestataire de services » ce qui implique surtout des choses à faire pour une personne, par exemple, dans un temps donné.  Il y a certes des choses à faire dans le service, mais ce n’est seulement cela que veut nous dire l’Évangile.

« Restez en tenue de service » veut dire d’abord écouter le maître, être disponible pour faire sa Volonté. Il en découle par la suite, bien sûr le service concret auprès de nos frères. En fait nous le savons bien, les deux vont bien ensemble.

C’est un texte que l’on choisit lors des funérailles chrétiennes. Comment cette attitude du service, cette disponibilité à Jésus a-t-elle été vécue par le défunt ? Quel témoignage de foi a-t-on reçu de lui ?

Récemment, j’ai été marqué par les funérailles du Père Dominique de la Mission de France. Il a été au service de l’Église en Algérie toute sa vie de prêtre.  Beaucoup d’algériens sont venus lui rendre hommage.  30 années dans le monde hospitalier. Ce n’est pas rien.

Quelque temps avant sa mort, il écrivait : « Même si je n’ai pas parlé de Jésus Christ, j’ai appris à aller à la rencontre de l’Esprit dans le monde algérien. Un peuple trop longtemps sous-estimé. Aller à la rencontre de l’Esprit, ce fut pour moi l’importance de parler la langue arabe, de comprendre la culture de l’intérieur. » Parmi les nombreux témoignages, on a entendu plusieurs fois, que le père Dominique avait été guidé par sa foi.

 Au cours de la célébration, quatre algériens, musulmans, ont placé un grand drapeau de l’Algérie sur son cercueil (avec les symboles de l’Islam : le croissant et l’étoile), et un chrétien y a mis la croix : symboles forts illustrant la vie du Père Dominique !

Ainsi donc, le Père Dominique s’était inscrit dans cette nouvelle vision de l’Église du cardinal Duval qui parlait d’une Église qui n’œuvre pas au seul nom de ses fidèles, mais pour tout le peuple algérien. Une Église coloniale qui passe à une Église au service d’un peuple algérien. Quel grand changement ! Bien sûr cela ne voulait pas dire que l’on ne servait plus le Christ. Au contraire, il fallait s’enraciner davantage en Lui pour mieux en témoigner.

Les bienheureux, que nous allons célébrer le 8 décembre, ont été aussi dans cette dimension du service dans un contexte bien particulier, celle de la décennie noire.  Les dix-neuf martyrs ont été chacun dans une vie tout ordinaire au service de leurs frère et de leurs sœurs algériennes. Certains étaient plus doués pour la parole, la poésie, et d’autres à l’aise dans la relation gratuite, d’autres encore plus dans la dimension méditative ou monastique.  Mais tous ont vécu, selon les témoignages dans l’humilité du service : tellement « humble » que le fait d’en être reconnu bienheureux, le frère Luc en aurait haussé les épaules, raconte le Père Tessier….

(…)

Alexis CERQUERA TRUJILLO, CM – Jérôme DELSINNE, CM 🔸

Alexis CERQUERA

Alexis CERQUERA

Colombien. Né le 13 avril 1969. Ordonné prêtre le 21 mai 2009.
Print Friendly, PDF & Email

« Restez en tenue de service » veut dire d’abord écouter le maître, être disponible pour faire sa Volonté. Il en découle par la suite, bien sûr le service concret auprès de nos frères. En fait nous le savons bien, les deux vont bien ensemble.

Jean-Yves LEBOEUF, CM
Explications :

Photos : Alexis CERQUERA TRUJILLO – Eric RAVOUX