Père Louis Minster, CM

Metz, 11 août 1920 – Paris, 27 septembre 2018

Homélie- 1er octobre 2018

En plein cœur de l’été, en 1920, Louis, tu as ouvert pour la première fois, les yeux sur notre monde que tu as pris, depuis, le temps de regardé, découvrir, contempler et de servir pendant plus de 98 ans, jusqu’à ce matin de ce 27 septembre, à l’aube, au commencement du jour, où tu as fermé les yeux sur ce monde pour les ouvrir sur la Lumière éternelle qu’est le Christ. Ce jour était celui où ta famille religieuse se rassemblait pour fêter son Fondateur, Vincent de Paul, lui qui t’a éclairé et a été ton guide pour vivre ton ministère.

Ce moment de vivre ton passage pascal, tu l’attendais, tu le souhaitais, l’espérais depuis longtemps. Ta vie était bien remplie et tu en étais heureux. Tu me disais avoir été comblé par le Seigneur et avoir rempli ton devoir. Tu aspirais au repos éternel. En ce 27 septembre, Dieu a entendu ta supplique et t’a accueilli comme un de ses fils.

Aujourd’hui, nous fêtons Ste Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne des missions.

Missionnaire, tu l’as été, dans différents lieux et sous différentes formes.

Entré dans la Congrégation de la Mission en octobre 1940 à Prime Combe, à cause de la guerre. 1er déplacement qui sera suivi de beaucoup d’autres.

Tu as prononcé tes vœux 6 ans plus tard à Dax, dans les Landes et c’est là aussi que tu as été ordonné prêtre le 29juin 1947, voici 71 ans.

L’année suivante, tu as été nommé ici, à la Maison Mère, puis à l’école apostolique de Cuvry comme professeur. Ce lieu t’aura marqué et rendu heureux.

En 1951, te voilà envoyé en Algérie, au petit séminaire de Constantine, toujours comme professeur ce qui te prenait tout ton temps et que tu avais du mal à concilier vie de travail et vie de prière et de communauté.

5 ans plus tard, te voilà de retour à Paris, envoyé comme vicaire à la paroisse Ste Rosalie où tu as été heureux au milieu d’un peuple, catéchisant, formant, prêchant. Tu y auras vécu 12 ans avec une interruption de 3 ans où il t’a été demandé d’aller à Moulin les Metz, comme vicaire.

En 1968, te voilà nommé à Villebon-sur-Yvette jusqu’en 1972 où tu reviens à la Maison Mère. Et c’est plus de 40 ans après, en 2015, que tu rejoindras l’EHPAD Antoine Portail.

Voilà donc une vie bien remplie ; tu as connu des moments de bonheur, d’autres de questionnements même si tu étais un homme de conviction, des moments d’insatisfaction. Tu as cherché à répondre au mieux à ta vocation, dialoguant avec tes responsables, par des écrits, cherchant avec eux comment t’épanouir et répondre à des attentes, des besoins des gens. C’est ainsi que tu as demandé, par exemple, à partir au travail pendant un temps.Tu n’as pas forcément cherché à faire de grandes choses mais à les faire au mieux, avec amour, donnant le meilleur de toi-même. Tu t’es laissé conduire par l’Esprit et n’as pas cherché à avoir, nulle part, la première place mais plutôt à servir ; Tu as reçu un esprit non de peur, d’esclavage mais un esprit qui a fait de toi un Fils, un frère de beaucoup. Tu as appris dans l’humilité, à rester à ta place.

Comme fils, qui a suivi le christ, partageant ses souffrances, te voilà héritier avec lui. Tu as rejoint la mission du ciel, où tu vas continuer d’aimer. Ne nous oublie pas, soutiens la mission que nous continuons ici et maintenant. Que ta prière se fasse plus forte, plus intense pour que d’autres ouvriers nous rejoignent pour annoncer la Bonne Nouvelle aux Pauvres.

Frères et sœurs, au cœur de cette Eucharistie, ressaisissons ce qui nous a formé, aidé, soutenu, ce qui est juste et vrai dans ce que notre frère a vécu pour en faire notre offrande. Présentons ce qui nous paraît blessé, meurtri pour le guérir ; ce qui est et reste ombre, pour que ce soit transformé dans la lumière.

Avec Louis, nous aurons le cœur en paix et en joie. Amen !