Être l’Église et célébrer l’Espérance.

2e partie

Réflexion donnée aux prêtres et diacres (et leurs épouses) lors de la récollection diocésaine de Carême. Diocèse d’Amiens. Maison des Petites Soeurs des Pauvres, 15 février 2018

Les crises dans le ministère de Jésus

 

A quel moment de la vie de Jésus correspondent-elles ? A quels problèmes tentent-elles de répondre ? Que viennent-elles souligner ?

Relisons l’évangile de Marc.

Après le grand succès (Mc 3,7) : « Jésus se retira avec ses disciples au bord de la mer. Une grande multitude venue de la Galilée le suivit. »

Puis Jésus explique clairement que nombre de ceux qui le suivent n’ont pas le profil qu’il désire. Ils le suivent pour des motifs superficiels et ne voient pas l’essentiel. Ils voient mais ne comprennent pas. Du coup ils ne se convertissent pas. D’où l’insistance de Jésus : Mc 4,9 : « et Jésus disait : qui a des oreilles, qu’il entende ! »

Jésus est rejeté par les habitants de Nazareth qui se scandalisent. Mc 6 ,7 : « et il était pour eux une occasion de chute. » ; Son message n’est pas reçu, pas compris. Même ses disciples ne le comprennent pas. Mc 8, 17, 18 Jésus leur dit : Pourquoi discutez-vous parce que vous n’avez pas de pains ? Vous ne saisissez pas encore et vous ne comprenez pas ? Avez-vous le cœur endurci ?  Vous avez des yeux, ne voyez-vous pas ?  Vous avez des oreilles, n’entendez-vous pas ? …/… Ne comprenez-vous pas encore ? » Alors il s’éloigne.

Dans son ministère, Jésus ne trouvait pas toujours la consolation. Dès la fin du chapitre 3, on note une baisse du prestige personnel du Christ. Il est de plus en plus souvent contredit et repoussé. L’opposition démarre chez les pharisiens mais très vite englobe des gens très simples jusqu’à devenir un refus généralisé. Dans la parabole des vignerons, Jésus parle de lui comme de la pierre rejetée par les bâtisseurs. Il a l’intuition que sa vie touche à sa fin, qu’elle sera un échec apparent, que son œuvre n’est pas acceptée. Le refus généralisé se manifestera quand Pilate demandera « quel mal a-t-il fait ? » et la foule criera de plus en plus fort : « Crucifie-le ! »

Cette expérience de refus croissant et de rejet, les 12 la partagent et y participent. Depuis le jour où, enthousiastes ils ont été appelés solennellement pour suivre Jésus. Ils prennent part douloureusement à la crise de Jésus, de son ministère. Quand Pierre adresse ses reproches en Mc 8, 32, il montre qu’il souffre, qu’il n’en peut plus, qu’il ne comprend pas. C’est comme si lui et les autres disaient : « ça ne marche pas, on ne t’a pas suivi pour ça. Tu nous as promis autre chose ou c’est du moins ce qu’on a cru. » On retrouve la même surprise quand Jésus parle de sa passion prochaine et eux ne comprennent rien et n’osent pas l’interroger. En Mc 10, 32 : « ils étaient en chemin et montaient à Jérusalem. Jésus marchait devant eux. Ils étaient effrayés et ceux qui suivaient avaient peur. » Les apôtres restent avec Lui mais ils se demandent ce qui se passe, ils ne s’y attendaient pas !

On peut comprendre que le chrétien, le néophyte issu du monde enrichi d’une tradition, d’une structure sociale bien articulée, entre dans le petit troupeau des croyants et s’interroge : pourquoi sommes-nous si peu nombreux, ceux qui croient et se convertissent ? Pourquoi cette Parole de Dieu – si elle est véritablement Parole de Dieu ne change-t-elle pas le monde ?

Cette question, les hébreux convertis se la posaient avec douleur, amertume et étonnement : pourquoi le peuple de Dieu n’accepte-t-il pas ces paroles ? Pourquoi une conversion radicale ne répond-elle pas à ces promesses ?

La même question angoissait St Paul : Pourquoi un Messie crucifié ?  Pourquoi un message si obscur, si différent de ce que nous propose le monde ?

C’est peut-être la question que vous vous posez quand après vous être sentis appelés et avoir répondu avec enthousiasme,

  • Pourquoi Dieu ne me fait-il pas meilleur ?
  • Pourquoi après tant d’années de vie ascétique, d’efforts, de prière, de méditation, sommes-nous toujours les mêmes, avec les mêmes défauts, les mêmes difficultés comme si nous en étions au début de notre vie spirituelle ?
  • Pourquoi la Parole de Dieu ne nous a –t-elle pas transformés ?

 

Et si nous regardons notre ministère :

  • Pourquoi l’Évangile ne transforme-t-il pas le monde ?
  • Pourquoi mon apostolat donne-t-il si peu de fruits ?
  • Pourquoi notre message n’est-il pas plus attractif ? n’entraîne-t-il pas une réponse immédiate de telle façon que ceux qui l’entendent puissent l’assimiler et la mettre en pratique ?
  • Pourquoi n’y a-t-il pas adéquation immédiate entre la Parole apostolique, pastoralement bien annoncée et la réponse des personnes ?
  • Pourquoi en pastorale, ne pouvons-nous pas programmer de telle façon qu’une réponse surgisse vite et nous permette d’effectuer progressivement des programmations avec des résultats de plus en plus satisfaisants ?

 

Et personnellement nous pouvons nous interroger :

  • Pourquoi la fin d’un apostolat qui donnait beaucoup de fruit ?
  • Pourquoi apparemment Dieu n’a-t-il pas besoin de nos vies données à la limite de nos possibilités ?

Ce sont les répercussions de cette purification de la foi qui a agi chez les 12, dans l’église primitive et qui veut agir en nous aujourd’hui.

Jésus nous offre trois paraboles qui nous donnent chacune à sa manière la  réponse à la question fondamentale : POURQUOI LA PAROLE DE DIEU NE DONNE-T-ELLE PAS IMMEDIATEMENT DU FRUIT ET NE TRANSFORME-T-ELLE PAS LE MONDE, LES AUTRES, MOI-MEME ?

La parabole du Semeur et de la Semence : Luc 8, 4-15

La Parole de Dieu ne donne pas automatiquement du fruit. Elle est bonne par essence. Et si elle est bien présentée, elle devrait donner du fruit. Mais le fruit ne dépend pas d’elle seulement ; il dépend aussi des conditions de la terre,  des différentes réponses. C’est le point essentiel du mystère du Royaume de Dieu. C’est-à-dire, si on s’en donne les moyens, on obtiendra certains résultats. Mais il y a plus. C’est le mystère d’un dialogue, où une proposition est faite qui peut être acceptée ou refusée, mise de côté ou à peine considérée. C’est ce mystère que les apôtres sont appelés à vivre dans leur vie avec le Seigneur. Se rendre compte, jour après jour, que le Royaume de Dieu avance par le biais d’une proposition humble, et qui donc court le risque d’être oubliée, refusée ou combattue. Et les apôtres sont appelés à vivre comme Jésus ce mystère de l’humilité de la semence du Royaume –laquelle étant Parole de Dieu –et donc parfaite, sainte et pleine de pouvoir peut être reçue par des pierres, des épines, un terrain inculte et accepte les situations dans lesquelles elle ne peut donner aucun fruit.  Quelles peuvent être ces circonstances qui l’empêchent de donner du fruit ?

Il ressort de la parabole 3 grandes difficultés pour la prédication évangélique. Qui, même si elle est sainte, bonne et pastoralement bien proposée, souvent ne donne pas de fruit.

La 1ère difficulté : la graine que mangent les oiseaux s’explique par la mention de Satan.

Luc 8,12 : « …puis vient le diable et il enlève la parole de leur cœur de peur qu’ils ne croient et ne soient sauvés. » on voit que Satan met dans le cœur l’incompréhension de la vie de Dieu. L’incapacité à comprendre le chemin de la croix et par conséquent le désir d’un succès croissant. Le chrétien pour qui la foi est un moyen d’avoir plus, de valoir plus, d’avoir plus de prestige, d’autorité est comme la graine que mangent les oiseaux ; (qui et comment appelons nous ?)

2e difficulté : c’est quand la parole a été acceptée extérieurement. Par plaisir esthétique. Par snobisme ; Elle fait plaisir, elle est à la mode. Mais en réalité elle n’a pas été acceptée avec une profonde adhésion au Christ, avec amour pour Lui, unique façon de la conserver sans se scandaliser.

Col 2, 7-8 : « soyez enracinés et fondés en Lui, affermis dans la foi telle qu’on vous l’a enseignée, et débordants de reconnaissance. Veillez à ce que nul ne vous prenne  au piège de la philosophie, cette creuse duperie à l’enseigne de la tradition des hommes, des forces qui régissent l’univers et non plus du Christ. »

Il faut être profondément enraciné en Lui et en son amour pour lui pour faire de sa recherche non une mode du moment mais une recherche permanente et profonde, qui ne craint pas le scandale.

3e difficulté : la graine étouffée nous rejoint tous. Ce sont les préoccupations quotidiennes, l’attraction de l’avoir, de la possession, du pouvoir. Pour beaucoup, la préoccupation pour gagner plus est un obstacle à la Parole même. Souvenons-nous du reproche de Jésus à Marthe alors qu’elle s’occupait de son repas …le jugement de Jésus sur l’influence négative des préoccupations –si nous voulons en vérité donner sens et valeur à ses paroles- est sévère.

En conclusion, la Parole ne donne pas du fruit automatiquement. Mais humblement, et même si elle est divine, elle s’adapte aux conditions du terrain, elle accepte les réponses même négatives. En réalité la Parole ne manque pas d’efficacité. Il lui manque d’être accueillie.

La semence qui pousse d’elle-même : Marc 4, 26-28

Il disait : « Il en est du Royaume de Dieu comme d’un homme qui jette la semence en terre : qu’il dorme ou qu’il soit debout, la nuit et le jour, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. »

C’est le contrepoint de la parabole précédente.

Ici Jésus affirme que la Parole donne du fruit spontanément. Il  veut dire aux apôtres peureux parce que la Parole est refusée, qu’elle donnera du fruit en son temps. Il faut avoir confiance, la parole semée se développera toute seule. Semons-la, avec enthousiasme, ne nous arrêtons pas, prétextant que le terrain est mauvais, ou attendant des moments meilleurs. Ne croyons pas que nous sommes les seuls responsables de la graine semée. Jetons-la en terre et allons dormir. Elle donnera du fruit.  Cette parabole nous donne un enseignement de réalisme. D’absolue confiance en cette parole qui par elle-même donnera du fruit. Il nous suffit de la semer avec confiance, patience et persévérance.

Le grain de moutarde : LUC 13, 18-19

« Jésus dit alors : A quoi est comparable le Royaume de Dieu ? A quoi le comparerai-je ? Il est comparable à une graine de moutarde qu’un homme prend et plante dans son jardin. Elle pousse, elle devient un arbre et les oiseaux du ciel font leurs nids dans ses branches. »

Les apôtres voient que ce groupe qui entoure Jésus reste un groupe restreint, qui ne grandit pas. La plupart de ceux qui le suivent ne prend pas au sérieux la proposition de Jésus. Et lui répond par la parabole du grain de moutarde ! « N’ayez pas peur ! » le Royaume de Dieu commence avec peu. Ne prétendons pas de résultats notables. Laissons les choses se développer. De commencements imperceptibles nait le grand événement du Royaume. Jésus demande aux apôtres une confiance absolue. « Vous voyez bien que tout va de travers. Vous imaginiez un maître qui manipule les multitudes. Je ne suis pas comme ça. Cela ne dépend pas de moi. Le Royaume est une proposition entre deux personnes. C’est le pouvoir de Dieu. Et donc il se développera ainsi. Du plus petit, Dieu fera des choses immenses. Dieu invite à fermer les yeux face à la réalité de ce qui se voit. Et de les ouvrir face à ce qu’elle est réellement : la réalité mystérieuse du Royaume de Dieu qui donne du fruit mystérieusement tandis que nous ne nous en rendons pas compte.

Bernadette CAFFIER, Missionnaire Diocésaine – Amiens 🔸

Bernadette Caffier

Bernadette Caffier

Missionnaire Diocésaine - Diocèse d'Amiens. Animatrice de la Maison "Cœur Soleil" 1, rue Montaigne 80080 Amiens
Print Friendly, PDF & Email

On peut comprendre que le chrétien, le néophyte issu du monde enrichi d’une tradition, d’une structure sociale bien articulée, entre dans le petit troupeau des croyants et s’interroge : pourquoi sommes-nous si peu nombreux, ceux qui croient et se convertissent ? Pourquoi cette Parole de Dieu – si elle est véritablement Parole de Dieu ne change-t-elle pas le monde ?

Pour en savoir plus :

Click ici