Aller au cœur de la spiritualité vincentienne

On ne l’imagine pas autrement : le disciple de St Vincent de Paul est un actif. Les agendas d’aujourd’hui le confirment jusqu’au trop-plein. A sa table de travail, sur le terrain, en visite chez son ami le malade ou l’éprouvé, de réunions en conseils et de commissions en improvisations, le vincentien s’active beaucoup et ne pense qu’à son engagement. Il entend comme un ordre perpétuel de Mission la consigne de M. Vincent : “Aimons Dieu, mes frères mais que ce soit aux dépens de nos bras, que ce soit à la sueur de nos visages”.

MISÉRICORDE

C’est un mot que nous allons entendre très (trop ?) souvent durant l’année jubilaire. Contrairement à ce que vous pourrez lire ou entendre, ce n’est ni un mot vieux (ou trop vieux) ni un mot neuf (jamais utilisé). Il existe depuis toujours et l’Ancien Testament en fait volontiers un usage ; le mot est cité 57 fois et 45 fois dans le Nouveau Testament.

Villepreux, en marge ou au centre ?

Associations Internationales des Charités, Congrégation de la Mission, et par répercussion Compagnie des Filles de la charité entrent en centenaire, le quatrième du genre, celui de leur intuition. Toute la Famille Vincentienne se réjouit et les projets succèdent aux projets.