La rencontre des anciens

Vichy, 8-10 octobre 2017

Etaient présents :  François HISS – Aimé GOLIET – Pierre HUGON – Firmin MOLA MBALO – Bruno DORVAL – Daniel LAMERAND – Pierre et Carmen DAMIENS – Jean-Claude SPERANDIO –  Dominique et Danielle LÊ – Jean ZANOLINI – Antoine TEJEDOR – Pépito CAMPAŇA– Marc et Patricia THIEFFRY – Jacques BERNEDE  

Sous le doux soleil vichyssois, le groupe s’est retrouvé comme chaque année, en octobre, pour un moment d’échange et de convivialité. Le dimanche soir est consacré aux retrouvailles avec un joyeux apéritif concocté par nos hôtes.

Le lundi matin, nous nous retrouvons tous dans la bibliothèque pour un temps de partage.

Sont tout d’abord évoqués ceux qui nous ont quittés définitivement : Vincent Carme à Paris, Pierre Zévaco à Madagascar, Paul Vincent à Martigues, François Brillet à Paris. Des textes en hommage à Vincent, à Pierre et à Paul ont été diffusés par courriel en cours d’années à tous ceux dont nous connaissons leur adresse électronique. Nous regrettons tous que la CM n’utilise pas mieux les sites web dont elle dispose pour nous informer des décès en temps utile.

Jean-Claude SPERANDIO nous donne ensuite lecture des messages d’absents qui se sont manifestés  par courriel, courrier postal ou téléphone :

Gonzague Danjou regrette de ne pas pouvoir se joindre à nous en raison de son handicap dorsal qui l’oblige à limiter ses déplacements. Il peut néanmoins continuer son service des confessions dans la chapelle de la rue du Bac.

Son frère Yves est un peu las de voyager, semble-t-il, lui qui jusqu’ici n’a pas ménagé sa peine à cet égard. Il reste le plus souvent à Amiens où il s’occupe de l’entretien de la grande église Saint Anne, de l’économat de la communauté qui compte 5 confrères, de divers remplacements pastoraux, ainsi que de l’animation d’une association de piété dite de la Saint Agonie de Notre-Seigneur  95 rue de Sèvres (site internet et revue).

Jean-François Lagoueyte n’a pas pu venir à Vichy, contrairement aux années précédentes, à cause de plusieurs fractures graves occasionnées par un accident (il a été renversé par une voiture alors qu’il traversait sur un passage pour piétons !). Il nous a fait part dernièrement du décès de Paul Vincent et nous a envoyé des documents émouvants rapportant les discours d’hommage faits à l’occasion des obsèques (le discours du maire de la commune de Martigues où Paul demeurait et où il est décédé ; un texte prononcé par André Meyranx ; et un court texte d’hommage par des neveux de Paul).

André Meyranx n’a pas pu venir en raison de la maladie chronique de son épouse, mais s’associe par le cœur et la pensée à notre rencontre.

Maurice Vialeton était indisponible à cette date. Il nous donne quelques nouvelles de sa famille, en particulier de l’un de ses petits-fils qui a obtenu le bac S avec mention TB à 16 ans !

Jean Prézeau et son épouse, ainsi qu’Antony et Yvette Nguyen se sont également excusés de ne pas pouvoir venir pour raison de santé.

Jacques Gros nous envoie régulièrement une lettre collective (aussitôt diffusée à tous ceux dont avons une adresse électronique…) dans laquelle il nous fait part sans langue de bois de sa vision de l’Église contemporaine, de sa conception du sacerdoce et du rôle du prêtre dans la société actuelle, ainsi que de ses lectures de spiritualité. Il s’associe à notre rencontre en nous faisant part des problèmes que posent dans sa Mission certaines décisions des congrégations (dont la CM et les Filles de la Charité) qui mutent brusquement leurs ressortissants sans trop se soucier des conséquences de ces mutations parfois peu compréhensibles localement. Il évoque aussi la célébration des 500 ans de la Réforme, qui n’a pas, dans sa région, l’impact qu’il souhaiterait, ainsi que les 400 ans du charisme vincentien sur le thème de « l’accueil de l’étranger », qu’il approuve mais dont il doute de l’impact effectif.

Nous avons aussi eu, par téléphone, quelques nouvelles de Bernardo Garcia et de Christian Labourse, tous deux aumôniers de la Maison de retraite des Filles de la Charité située à Château-l’Évêque (près de Périgueux). Bernardo n’a pas pu venir car il participe à l’anniversaire des 50 ans de mariage de son ami Maurice Lasserre. Sa santé, sans être optimale, est meilleure qu’elle n’a été. Idem pour Christian, que l’on ne parvient pas à convaincre de venir à notre annuelle rencontre ! (avis à quelques autres qui liront ces lignes !!!)

Michel Réveille a envoyé une lettre très détaillée sur ses activités qu’il poursuit (JOC, syndicats ouvriers, etc.). Il voit très mal, « un œil fichu et l’autre pas très bon », ce qui le handicape terriblement pour se déplacer en train, métro, etc. s’il n’est pas accompagné, mais cela ne l’empêche pas de marcher, d’aller à la piscine et de participer aux manifs syndicales contre la « loi-travail » ! Il nous conseille vivement la lecture du livre décapant « Né d’une femme » (Ed. Karthala) de John Schelby Spong (évêque anglican américain).

Enfin, une lettre d’André Rousseau nous est parvenue des USA ce lundi matin, qui nous annonce le décès de son épouse en août dernier, après plusieurs années de maladie et une alternance de faibles améliorations et de rechutes plus graves. La lettre en français est accompagnée d’un texte in memoriam en anglais résumant le parcours professionnel de son épouse, qui fut une éminente universitaire chercheuse en sciences bio-médicales. André continue là-bas de travailler comme psychologue clinicien.

Ensuite commence le tour de table :

Firmin Mola Mbalo : Il sort d’opération et est actuellement en convalescence. Les projets ne lui manquent pas avec un travail en lien avec la prison de Moulins-Yzeure et sans doute un engagement pastoral dans une paroisse du diocèse. Il est dans la communauté de Vichy depuis l’an dernier. Il fait partie du Conseil presbytéral de Vichy. Et son appareil photo n’est jamais très loin…

Bruno Dorval : il est tout neuf dans la communauté où il prend un temps sabbatique après avoir participé dans différentes communauté CM, la dernière en date étant en Haute-Marne. Cette dernière communauté prenant un nouveau secteur pastoral dans ce diocèse, Bruno prendra ensuite une autre mission qui lui sera confiée par le Visiteur. Actuellement Il prend un temps de formation et de relecture.

Aimé Goliet :  il continue évidemment de s’occuper activement de la Maison du Missionnaire qui fêtera bientôt ses 100 ans d’existence. Les travaux de rénovation sont terminés.

Patricia et Marc Thieffry : Marc est à la retraite depuis le 1er février 2017. Ce qui l’a occupé cette année est principalement la sortie de son livre ‘Les Lazaristes aux Mascareignes aux 18ème et 19ème siècles’ qui vient de sortir aux Editions L’Harmattan. Il poursuit aujourd’hui avec un travail sur Saint Vincent de Paul et la mission lazariste à Madagascar au 17ème siècle. Patricia est toujours investie dans le jumelage franco-allemand du village. Elle parle ensuite de son neveu qui est allé se suicider, en juin dernier, à 30 ans, à Los Angeles. Elle s’est fait opérer des dents et cela se prolongera l’an prochain. Tout l’été, la maison est devenue centre d’accueil pour amis et famille qui ont pu apprécier le charme de la Nièvre et de la Loire.

Carmen et Pierre Damiens : Pierre nous parle du voyage en Toscane qu’ils ont fait cette année et qui les ont ravis : Florence, Pise, les carrières de marbre, la civilisation des Médicis, etc. Leur petite-fille a fait sa première communion et la préparation de cet événement, au niveau de la catéchèse, a été assurée par leur fille, ce qui leur a fait très plaisir. Pierre nous présente ensuite deux livres qui ont retenu son attention :

‘Une vie simple’ de Alexis Jenni et Nathalie Sarthou-Lajus – Ed. Albin Michel

‘Vincent et les mousquetaires’ BD de Jean Dufaux et Martin Jumar – Ed. Dargaud

Jean-Claude Sperandio : Sa préoccupation du moment est la maladie du mari de sa plus jeune fille, hospitalisé pour un cancer très avancé. Ceci bouleverse l’organisation familiale, surtout pour ses 3 petits-enfants, qui sont encore en âge scolaire. Cette année, JC anime une matinée par semaine, dans une association de sa commune, un atelier sur la maîtrise d’internet. Au-delà de la consultation de sites et de l’usage a minima d’une messagerie qu’ils savent déjà faire, les participants ressentent le besoin d’une formation plus poussée parce que le fait de mal pratiquer Internet handicape de plus en plus leur vie professionnelle et sociale. JC participe aussi, une fois par mois, à un groupe universitaire de recherche historique sur l’ergonomie (sa discipline avant sa retraite), qui consiste essentiellement à interviewer des ergonomes retraités récents sur leur parcours professionnel passé. Et il reste intéressé par la grande précarité psychologique et sociale, sur le plan familial et en termes d’insertion professionnelle, des personnes en transidentité (= le fait chez une personne d’avoir une identité civile de genre autre que celle biologique assignée à la naissance). Ce phénomène encore mal connu donne malheureusement lieu à des mobilisations tapageuses de certains groupuscules pseudo-catholiques contre une soi-disant « théorie du genre ». Les prêtres, tout particulièrement, devraient mieux s’en informer sur le plan scientifique.

Antoine Tejedor : Il nous précise d’abord qu’il a donné la priorité à notre rencontre et de ce fait il a renoncé à une célébration œcuménique de confirmation et baptême. Il nous parle longuement de l’espace Montbrillant à Genève. C’est un espace de rencontre œcuménique, interreligieux et interconfessionnel. Beaucoup de temps d’écoute. Il nous parle également de l’ACASE : Association Catholique d’Action Sociale et Éducative, ainsi que de la perspective de son déménagement prochain, qui semble le tracasser beaucoup !

Temps de l’Eucharistie

En fin de matinée, comme de coutume, nous célébrons l’Eucharistie. Celle-ci est présidée par François Hiss, le supérieur de la communauté, que nous remercions encore pour son accueil, et nous avons été sensibles au fait que toute la communauté a participé à nos échanges.

Après l’Eucharistie vient le temps du repas, puis, pour ceux qui le souhaitent :

Une VISITE du musée : comme chaque année (sauf l’an dernier car le musée était en travaux), nous sommes invités à visiter le musée des Arts d’Afrique et d’Asie sous la conduite de Marie-Line qui met toutes ses compétences au service du groupe. Le thème de cette année ‘Je suis beau’  Non non, il n’y avait pas que des miroirs ! il s’agit surtout de montrer que les canons de la beauté peuvent être bien différents d’un pays ou d’un continent à un autre. La seconde partie de l’exposition était consacrée à la ‘fabrique des animaux’ : entre l’homme et l’animal les liens sont profonds.

Reprise du temps de partage :

Daniel Lamerand : Il nous donne des nouvelles de la Congrégation, de la nouvelle province de France et de Saint-Lazare, et nous signale notamment le nouvel éclairage de la chapelle, qui éclaire magnifiquement le plafond. Il évoque Claude Lautissier, en voyage en ce moment, et Jean Logean, qui regrette de ne pas pouvoir venir car il n’est pas très en forme physiquement. Daniel nous rappelle que, dans les années 90, le premier groupe qui s’est réuni et qui est devenu le ‘groupe de Vichy’, le fut à St Lazare, auprès du Père Lloret. La première fois, ils étaient quatre, dont lui.

Jacques Bernede : « Je viens à cette rencontre parce que cela m’apporte quelque chose ; c’est un peu comme ma retraite annuelle. Je me sens en communion avec tous ».

Danielle LÊ : nous partage deux poèmes de sa composition sur ‘le silence’ (en acrostiche) et un autre sur ‘La Force des Faibles’ qui lui a été inspiré le jour du décès de Simone Veil.

Questionnement sur la survie de notre groupe

Le constat est le suivant : cela fait plus d’une vingtaine d’année que ce groupe se réunit et force est de constater qu’avec les problèmes de santé des uns et des autres, les problèmes de déplacements et autres, notre groupe tend à ‘fondre’ chaque année. Que faire ? Faut-il continuer ?

Un échange se fait entre les participants. La conclusion est que chacun tient à ce que ce groupe continue à fonctionner. Chacun y trouve son compte et cette rencontre revêt un intérêt certain pour tous ceux qui y vienne. Comment pourrait-on faire évoluer notre groupe ? Inciter davantage à venir les personnes qui semblent intéressées mais ne viennent pas ? Il pourrait être envisagé d’inviter des personnes qui travaillent avec les lazaristes (par exemple Mr Lin qui travaille aux archives de St Lazare, ou Pierre Hureau qui est à la porterie de St Lazare depuis de nombreuses années. La réflexion continue et résolution est prise de se retrouver l’an prochain. Notons dès à présent les dates de notre prochaine rencontre à Vichy : 7-9 octobre 2018

 Le dernier repas est l’occasion de remercier tout le personnel de la maison qui, par sa gentillesse et l’excellence de leurs repas, contribue à la bonne réussite de notre rencontre. Antoine, notre porte-parole en cette occasion, remet une enveloppe à chacune des cuisinières et en profite pour déposer sur leurs chastes joues de délicieux petits bisous.

Merci à Firmin pour toutes les photos qui nous permettent d’illustrer le rapport de cette réunion.

Compte-rendu rédigé par Marc Thieffry 🔸