Le grand entretien (2/2). « Le pape François aurait pu s’appeler Vincent ! »

Avec « Vincent de Paul, un saint au Grand Siècle », Marie-Joëlle Guillaume, agrégée de lettres classiques, livre une excellente biographie d’un saint à l’immense héritage.

Aleteia : Vous dites avec humour que Vincent de Paul n’aurait sûrement pas été saint Vincent de Paul sans les femmes qui l’ont entouré. Quel est l’apport des femmes dans son œuvre ?
Marie-Joëlle Guillaume : Immense. D’abord parce qu’elles avaient l’entregent nécessaire, mais aussi parce que l’époque regorge de femmes remarquables, et qui ont su s’engager. Mme de Gondi, puis Louise de Marillac, sont les premières. Mais la duchesse d’Aiguillon, nièce de Richelieu, fut une vraie « camarade de combat » pour Vincent. Il y eut aussi la présidente de Herse, Mesdames de Lamoignon mère et fille, Mlle Viole, Mlle Poulaillon, tant d’autres… Et il y eut la confiance d’Anne d’Autriche !

Si l’attention aux pauvres est au centre de son œuvre, Vincent de Paul est également un homme de son siècle, vivant aux heures de la Réforme. C’est à ce titre qu’il se sent également concerné par la formation des prêtres. Pouvez-vous nous en dire plus sur la Conférence des mardis ?

La Conférence des mardis, fondée par Vincent en 1633 dans la foulée de l’organisation des retraites aux ordinands – prêchées au prieuré de Saint-Lazare à Paris – a pour but d’entretenir et approfondir la formation des prêtres, dans l’amitié et la prière communes. La Conférence des mardis eut un rayonnement considérable. À la mort de Vincent, 22 évêques auront été choisis parmi ses membres. Bossuet, jeune prêtre, y fut formé…

Quelles sont ses principales qualités, est-il un bon gestionnaire ?

Son humilité, sa bonté, son abandon à la Providence sont bien connus. On sait moins qu’il avait un don pour le gouvernement des hommes (et des femmes !) et la gestion des choses… et qu’il l’a utilisé ! Il pourrait être le saint patron de nos modernes DRH… D’une très grande rigueur personnelle, il ne supportait pas l’à-peu-près dans la gestion, mais il savait entraîner les autres. Il savait aussi rendre compte… aux Dames de la Charité !

Comment Vincent traverse t-il les crises de son siècle que sont le jansénisme et ensuite la Fronde (1648-1653) ?

La crise janséniste éclate en 1643 autour du livre d’Antoine Arnauld. Vincent est alors membre du Conseil de conscience d’Anne d’Autriche. Son amitié ancienne pour Saint-Cyran, proche de Jansénius, l’a conduit à prendre sa défense en 1639, après son arrestation par Richelieu. Mais Vincent a perçu le danger des idées jansénistes et il luttera de toute son intelligence, après la mort de Saint-Cyran, pour que Rome sache et se prononce. Il ne le fait pas en homme de parti, mais au service de la vérité, humblement.

Pendant la Fronde, outre le soin sans mesure donné aux pauvres par lui et les siens, Vincent prendra tous les risques pour tenter d’empêcher, par son influence au sommet du Royaume, le blocus de Paris en janvier 1649. Il s’efforcera ensuite d’œuvrer, jusqu’à la fin, au service de la paix civile. Ses initiatives appartiennent à l’Histoire.

Quels sont les héritages que nous devons à Saint Vincent de Paul ? Pouvons-nous tisser des liens entre lui et le pape François ? Les Filles de la Charité existent elles toujours ?

Il y a des héritages institutionnels : prêtres de la Mission et Filles de la Charité, essaimés dans le monde entier ; société de Saint-Vincent-de-Paul, fondée au XIXe siècle par Frédéric Ozanam ; Association internationale des Charités, héritière des Dames…

En dehors de l’Église, l’œuvre des Enfants trouvés a été la matrice de l’assistance publique et l’assistance sociale organisée a pris appui sur l’exemple de Monsieur Vincent. Il nous a légué un état d’esprit, inséparable de l’image de la France.

Le pape François aurait pu s’appeler Vincent ! Son message au service des pauvres et d’une ‘écologie humaine intégrale’ rejoint en profondeur le souci constant de Vincent : ne jamais séparer, dans la charité, les besoins du corps et ceux de l’âme.

Propos recueillis par Jean Müller. Aleteia.fr🔸

Le pape François aurait pu s’appeler Vincent ! Son message au service des pauvres et d’une ‘écologie humaine intégrale’ rejoint en profondeur le souci constant de Vincent : ne jamais séparer, dans la charité, les besoins du corps et ceux de l’âme.

Marie-Joëlle Guillaume
Site :
http://fr.aleteia.org/2015/10/29/le-grand-entretien-22-le-pape-francois-aurait-pu-sappeler-vincent-de-paul/